fermer

Coup d'oeil dans le rétroviseur

lun 27 avril
Votre publicité ici

Notre rédacteur Xavier Champagne revient sur l'actualité sous un autre regard.



Poignées de main, bisous et câlins…

Trois choses qu'on peut (pour l'instant) oublier. Il faudra s'y habituer.
On devra apprendre à vivre différemment, mais également à pratiquer le golf d'une manière différente. Donc là aussi finis les poignées de main, bisous ou câlins.
Heureusement, on pourra retourner le lundi 4 mai, et pas avant, à notre club de golf pour taper une balle et refaire un parcours.



Un parcours après une réservation. Le club vous donnera votre heure de départ par deux. Vous ne pourrez arriver au club qu'une dizaine de minutes avant cette heure, pourrez (éventuellement) passer au driving range si c'est autorisé, avant de jouer 9 ou 18 trous, suivant ce que votre club aura décidé, et d'ensuite immédiatement reprendre votre voiture et rentrer chez vous.

Voilà à quoi ressemblera le golf en Belgique au cours des prochaines semaines, espérons pas mois. Nous devons nous y tenir. La santé de tous prime. Sortir des limites ne sera pas autorisé et même sanctionné.

Les fédérations et les clubs communiqueront dans les prochains jours le seul et unique modus vivendi à suivre et à respecter.
“Je ne savais pas que…”, ne sera donc plus une excuse. Chaque club pourra, bien entendu, changer de petits détails selon leur configuration ou spécificité, mais le plan global sera identique pour tous.





Par exemple, le choix de laisser jouer 9 ou 18 trous sera laissé à l'appréciation du club. L'avantage de 9 trous est clair.
En cette phase de réouverture, plus de vos membres pourraient ainsi rejouer au golf en les faisant partir de deux tees. Dans des flights toutes les 8, 9 ou 10 minutes. Là aussi, le temps entre chaque flight devrait être laissé à l'appréciation du club suivant la configuration de son parcours.




On conseille aussi aux clubs d'établir un "règlement intérieur corona” pour que ceux qui ne tiennent pas aux règles soient sanctionnés.
“Ca on ne fait pas…”, entend-on. En sachant tout de même que lors du golf lockdown plusieurs "golfeurs" ont été pris en infraction sur un parcours de golf occupés à jouer.

“Golfeurs”, un mot qu'on a bien mis entre parenthèses. Ce ne sont, en effet, plus des golfeurs. Certainement plus ceux qui ont été immédiatement suspendus pour un an...


Retour en haut de page